LA RÉPUBLICAINE ou CHANT RÉPUBLICAIN
   

 
 
 
 
 

Argumentaire

 

Les paroles révolutionnaires de La Marseillaise apparaissent en décalage avec la réalité politique de la France, tant au plan interne qu’au niveau de sa politique extérieure.

Depuis plusieurs décennies, nos gouvernements essaient de se positionner en leaders démocratiques, faisant campagne pour les droits de l’Homme et la paix.

Cette discordance entre les paroles d’un hymne national – censé représenter l’état d’esprit de la nation qui le chante – et le comportement de celle-ci sur le terrain, n’est plus acceptable.

Cette proposition de refonte de l’hymne national est fondée sur quelques réflexions :

1- La Marseillaise est trop ancrée dans l’esprit des Français pour envisager de réinventer un hymne complètement différent. En conséquence, doivent être conservées :
- La musique, pour son dynamisme et sa force émotionnelle propre à soulever l’enthousiasme national ;
- La musicalité des mots du refrain et de la première strophe, pour ne pas être rejetés d’emblée par les Français, plus spécialement ceux qui ont vibré et souffert au nom de ce chant national.

2 - Ce qui doit évoluer est essentiellement l’esprit du message, pour l’harmoniser avec les valeurs humaines actuelles. Ce changement n’est en rien le reflet d’une versatilité due à un effet de mode. Il est une adaptation à l’évolution éthique de notre Nation.
Grâce aux combats de nos anciens, la paix s’est installée sur la France et l’Europe. Cette volonté de paix doit aussi s’affirmer dans nos propos et notre chant, même face aux nouveaux ennemis de la République.
Des paroles de haine génèrent la guerre. Un chant de paix peut contribuer à désamorcer une bombe.

3- Les thèmes développés par l’auteur représentent les quatre piliers de la République :
La Paix – La Liberté – L’Égalité – La Fraternité.
La paix est le leitmotiv du refrain. Liberté, égalité, fraternité sont volontairement répétées dans leur strophe.
Le symbole du drapeau, exprimé diversement dans chaque strophe, sert de point de convergence sur l’unité nationale.
Ces quatre strophes suffisent, dans la mesure où l’esprit ne retient bien que l’essentiel. Il est préférable de chanter l’hymne national complet (environ quatre minutes), surtout pour enseigner à nos enfants les valeurs républicaines que nous souhaitons leur transmettre.
Ces quatre thèmes sont assez universels pour ne pas vieillir ni devenir obsolètes au bout de quelques années. Voir dans le texte de Rouget de Lisle le paragraphe sur Monsieur Bouillé, devenu totalement hors sujet de nos jours.
Le style de l’ensemble est volontairement simple pour être éloquent à tous et rendre le texte facile à mémoriser.

En conclusion, si l’on respecte la musicalité des phrases fondamentales et que l’on adapte le fond pour l’harmoniser avec les valeurs modernes de la République, ce nouvel hymne sera plus facilement accepté et beaucoup plus représentatif de l’esprit national.

L’auteur est conscient des problèmes à surmonter pour réformer une telle institution, tant au plan constitutionnel que médiatique. Cette réforme doit être comprise de tous et générer un grand débat national. Chaque Français désireux de voir cette évolution se concrétiser peut agir à travers notre association « La Nouvelle Marseillaise ». Chaque élu peut initier, par sa fonction, un mouvement favorisant cette évolution.

Changer les mentalités demande beaucoup d’énergie, de temps et d’opiniâtreté.

Vous pouvez, à votre niveau, agir dans ce sens. Le but de notre démarche est de collecter des témoignages d’adhésion à cette cause, pour présenter à nos dirigeants un dossier complet représentatif de l’esprit de la Nation.

Nota : la carrière de l’auteur pourra contribuer à limiter les réactions négatives de certaines franges trop conservatrices.

LA NOUVELLE MARSEILLAISE - 24, rue d'Orognen - 64 190 DOGNEN - 05 59 66 07 97 - email : lanouvellemarseillaise@neuf.fr